La personnalisation et le sur-mesure dans la beauté et le luxe – La technologie et le digital au service des marques.

L’exclusivité est l’apanage du luxe. Les clients cherchant depuis toujours dans le luxe un produit, une relation et une expérience unique.

Le concept de personnalisation et du sur-mesure n’est donc pas nouveau dans nos maisons.

Cependant avec l’avènement des nouvelles technologies (3D….) et du digital, apparaissent de nouvelles formes de personnalisation et de sur-mesure plus contemporaines, remettant même parfois au gout du jour des métiers oubliés et aux savoir-faire rares (tailleur – bottier…) ou proposant de nouveaux services innovants.

En parallèle, avec la démocratisation du luxe dans les années 90-2000, on avait presque fini par oublier que la personnalisation et le sur-mesure étaient le terrain favori des marques de luxe. Avec le retour aux valeurs essentielles et l’arrivée de la personnalisation comme tendance transversale et de fond de ces années post-crises, les maisons de luxe se réapproprient donc peu à peu cette valeur fondamentale.

Dans la beauté, en revanche, la personnalisation est plus récente et répond à une quête de sens de la part des consommateurs qui recherchent des produits « faits pour lui ». La personnalisation permet également d’être un gage d’efficacité, efficacité qui est au cœur des attentes consommateurs. Les marques dans la beauté ont donc récemment innové afin de proposer produits et services personnalisés.

Quelques exemples à retenir de ces nouveaux modes d’expression de la personnalisation et du sur-mesure dans la beauté et le luxe. (suite…)

Typologie de consommateurs – marché des cosmétiques en Chine et au Brésil –

Ces deux pays représentent un potentiel fantastique pour les acteurs de la beauté, ce phénomène n’est pas nouveau et ne fait que s’amplifier.

Au niveau mondial, ce qui est intéressant de noter est que le poids des marchés dits émergents gagne en influence et représente déjà 44% du marché mondial de la beauté (Xerfi – Perfumes & Cosmetics Companies- World Market Analysis – 2014-2019 Trends). D’ici 2017, Xerfi estime que la part de ces pays sera supérieure à celle des pays dits matures (55%) provoquant ainsi une inversion des forces – une première sur le marché mondial de la beauté.

Le Brésil est déjà le premier marché mondial des parfums (Source : Mintel) et des produits capillaires.

De nombreux acteurs locaux dans ces deux pays se partagent le marché avec les grands acteurs européens et internationaux qui vont devoir faire face à la sophistication de cette demande.

Pour mieux en apprécier les spécificités, lors d’une conférence organisée par le CEW la semaine dernière, Stéphane Truchi – IFOP a présenté les résultats de l’étude « Living Beauty in China & Brazil » (Janv. 2015) brossant la typologie des nouveaux profils consommateurs dans ces 2 pays.

Voici en substance ce qu’il faut en retenir.

(suite…)

L’impression 3D et le luxe, vers une nouvelle ère de la création ?

Suite à la conférence organisée par le Club ESSEC Luxe la semaine dernière sur l’impression 3D, un compte-rendu détaillé et complet a été rédigé et publié sur le blog My Digital Luxury Galaxy que je vous propose de découvrir ci-dessous.

http://www.mydigitalluxurygalaxy.com/limpression-3d-quels-impacts-pour-lindustrie-du-luxe-bilan-conf-essec-luxe/

J’apporterai donc quelques réflexions personnelles complémentaires.

L’impression 3D est donc une véritable révolution non pas tant technologique puisqu’elle est utilisée depuis une trentaine d’années, mais plutôt au niveau de la création.

Pour notre industrie du luxe, deux éléments majeurs confirment qu’il s’agit bien là d’une opportunité à saisir qui ouvre large le champs des possibles.

  • possibilités techniques infinies, multiplicité des matériaux et esthétisme

L’impression 3D permet de fabriquer désormais des objets impossibles à fabriquer jusque là. Elle ouvre donc large l’ère de la création et de l’inventivité.

Création Pia Hinze

Création Pia Hinze

Création Victoria Secret - Défilé 2013

Création Victoria Secret – Défilé 2013

Robe Iris Van Herpen

Robe Iris Van Herpen

De plus, le spectre des matériaux s’est largement étendu – 200 environ dont des matériaux nobles comme l’or, la céramique… – ce qui n’était pas le cas auparavant. Enfin, alors qu’elle était plutôt réservée à la fabrication de pièces pour l’industrie, le caractère esthétique ne rentrait donc pas tellement en jeu. La fabrication additive permet aujourd’hui d’allier technicité, créativité et esthétisme. C’est donc par l’association de ces 3 éléments que s’ouvre une opportunité formidable pour notre industrie du luxe, tant empreinte d’esthétisme et de créativité. (suite…)

Les savoir-faire dans la mode et le luxe : quels enjeux pour la filière française?

Lors de la conférence organisée mardi 10 Juin dernier par Mazars et le Club ESSEC Luxe à l’hôtel Saint James-Albany, Isabelle Massa – Associée Mazars – Responsable internationale de la filière Luxe, Fabien Seraidarian PhD – Senior Manager Mazars Département Consulting – Chercheur associé à l’Ecole Polytechnique et Claire Colas – Consultante Luxe – Responsable du Club ESSEC Luxe – Co-auteur de l’étude sur les savoir-faire, ont présenté l’étude réalisée sur la cartographie des savoir-faire dans la mode et le luxe.

A l’issue de cette présentation, une table-ronde autour de Jean-Luc Déchery – Président de Camille Fournet, Dominique Barbiery – Directeur Général de Paraffection et Clarisse Reille – Directeur Général du DEFI ont réagi et partagé leurs visions et expériences sur le sujet.

Vous trouverez ci-après la version électronique et téléchargeable de l’étude : http://www.mazars.fr/Accueil/Secteurs/Distribution/Luxe/Les-savoir-faire-dans-la-mode-et-le-luxe

Les savoir-faire dans la mode et le luxe : les enjeux pour la filière

Image

Image

 

INVITATION

 

Mardi 10 juin 2014

 

 » LES SAVOIR-FAIRE DANS LA MODE ET LE LUXE : QUELS ENJEUX POUR LA FILIERE FRANCAISE ? « 

A l’occasion de la sortie de sa nouvelle étude, Mazars a le plaisir de vous convier à une conférence suivie d’une table ronde qui réunira des acteurs de la filière Luxe & Mode.

Hôtel Saint James Albany

202, rue de Rivoli, 75001 Paris

Image

Accueil à partir de 18h30

La conférence sera suivie d’un cocktail

DÉBAT PRÉSENTÉ ET ANIMÉ PAR :

  • Isabelle Massa, Associée Mazars|Responsable internationale de la filière Luxe
  • Fabien Seraidarian, PhD | Senior Manager Mazars Département Consulting|Chercheur associé à l’Ecole Polytechnique
  • Claire Colas, Consultante Luxe |Responsable du Club ESSEC Luxe|Co-auteur de l’étude sur les savoir-faire

Des acteurs de la filière Luxe & Mode réagiront et partageront leur vision et leur expérience sur ce sujet.

Pour s’inscrire

L’accès est subordonné à l’inscription préalable à la conférence.

Mazars est une organisation internationale, intégrée et indépendante, spécialisée dans l’audit, le conseil et les services comptables, fiscaux et juridiques. Au 1er janvier 2014, le groupe est présent directement dans 72 pays et fédère les compétences de plus de 13 800 professionnels qui accompagnent les entreprises – grands groupes internationaux, PME, investisseurs privés – et les organismes publics à toutes les étapes de leur développement.

www.mazars.fr

Etude sur les savoir-faire dans l’industrie du luxe, premiers résultats sur la filière cuir

Janvier 2013, dans le cadre des réflexions du Comité Stratégique de Filière Luxe, la DGCIS mandate le cabinet Mazars et Claire Colas Consulting pour réaliser une étude sur la cartographie des savoir-faire dans l’industrie du luxe et plus particulièrement dans les sous-secteurs du cuir, de la mode et habillement, de la bijouterie-joaillerie, de l’horlogerie, de la fourrure et de la lunetterie. 

L’objectif de l’étude est d’identifier les savoir-faire français et de proposer des recommandations afin de les pérenniser.

L’étude a été remise à la DGCIS en Juillet 2013 après de nombreux entretiens réalisés avec des fédérations, maisons, ateliers, artisans et un certain nombre de recommandations opérationnelles ont été remises dans le cadre de cette étude.

Quelques éléments de l’étude commencent à être rendu public notamment lors de présentation aux différentes fédérations.

Un article de Les Echos de cette semaine, reprend quelques point mis en exergue par le Cabinet Mazars et Claire Colas, dans la filière cuir.

(suite…)