Coup de tonnerre dans le secteur du luxe : LVMH affirme détenir 17,1% du capital d’Hermès – et si c’était prévisible ?

Vitrine Hermès

Samedi 23 Octobre 2010, LVMH déclare dans un communiqué  « qu’il détient 15 016 000 actions de  la société Hermès International, représentant 14,2% du capital de cette société. L’objectif de LVMH est d’être un actionnaire à long terme d’Hermès et de contribuer à la préservation du caractère familial et français qui est à l’origine du succès mondial de cette marque emblématique. LVMH apportera un soutien sans réserve à la stratégie menée par la famille fondatrice et par les équipes dirigeantes, qui ont fait de cette marque l’un des plus beaux fleurons de l’industrie du luxe.
Le Groupe LVMH tient à préciser qu’il n’envisage nullement, ni de présenter une offre publique d’achat, ni de prendre le contrôle d’Hermès, ni de solliciter de représentation au sein du Conseil de Surveillance de cette société.
LVMH précise qu’il détient un contrat d’instrument financier qui porte sur 3 001 246 actions Hermès International dont il a l’intention de solliciter la conversion.
LVMH détiendrait alors au total 18 017 246 actions Hermès International, soit 17,1% de son capital. Le prix de revient de sa participation s’élèverait en ce cas à 1,45 milliard d’Euros. »

C’est par ces mots que LVMH lance une bombe dans le secteur du luxe et surprend une bonne partie du secteur à commencer par les équipes dirigeantes d’Hermès.

Et si finalement quelques indices pouvaient laisser présager d’une telle action de la part de LVMH ?

Analyse et décodage de différents faits.

  • LVMH : une stratégie de croissance externe très active

LVMH n’a jamais cachés ses intentions de racheter des sociétés du secteur. On l’attendait plutôt sur une maison comme Tiffany ou des acteurs chinois, Bernard Arnault n’avait jamais caché son intérêt pour ce grand rival ni son appétit de prédateur. (voir lien suivant)

  • Forte croissance et succès de la maison Hermès avec un besoin de financement

Hermès avec une croissance forte même en période de crise a été victime de son succès. Pour financer sa croissance, Hermès aurait émis des obligations convertibles en action pour la financer privilégiant ainsi une prise de participation potentielle de la part de ses concurrents plutôt qu’une augmentation du capital par les héritiers.

  • Perte du maillon fort de la maison

Le décès de Jean-Louis Dumas au printemps dernier a privé Hermès de son visionnaire et esthète charismatique. Bien qu’ayant préparé son successeur a son nouveau rôle, Hermès a perdu l’ambassadeur de sa stratégie. Ce décès a fragilisé la structure managériale de la maison et ouvert une porte où s’est réfugié son confrère.

  • Un placement rentable pour un investisseur

L’action Hermès de par sa croissance et stratégie était devenue un placement financier très rentable, le cours de l’action a pris 100% depuis le début de l’année. LVMH aurait déjà gagné 1,4Mds d’€ avec cette opération.

  • Un placement stratégique pour un concurrent

Ce placement est aussi stratégique car Hermès va devoir gérer la passation de pouvoir entre la 5ème et la 6ème génération alors qu’il n’existerait pas de pacte d’actionnaires. Il prend aussi de vitesse ses concurrents dont Richemont et PPR, plus lents car, notamment pour le dernier, contraint de vendre des actifs dans la distribution pour repartir à l’offensive. Mr Arnault place donc ses pions et envoie un signal fort à ses concurrents.

  • Concours de circonstance ou pas Jérôme Guerrand, président du Conseil de Surveillance du groupe de luxe, avait annoncé avoir cédé entre le 5 et le 7 octobre pour 4,14 millions d’euros d’actions Hermès International. Au plus haut historique, le titre s’est apprécié de 93% depuis janvier et de 193% en cinq ans.
  • Equilibrer un pole

Les analystes en effet avancent l’argument suivant : dans le pôle maroquinerie et mode, la croissance de LVMH repose principalement sur Louis Vuitton (représentant 70% des ventes de cette division). Bernard Arnaud souhaite donc se positionner sur la mode et la maroquinerie pour assurer à long terme la croissance de ce pôle.

 

Quoiqu’il en soit, cette opération laisse supposer que LVMH ne s’arrêtera pas à cette étape (il ne réclame pas pour l’instant une place au conseil d’administration ni ne déclare vouloir élargir cette prise de participation !). Cependant, les faits d’armes de Mr Arnault laisse présager qu’il ne s’arrêtera pas là et que cette opération n’est qu’une étape dans sa stratégie.

On peut donc se demander si le capitalisme familial est toujours viable aujourd’hui car fréquemment compromis lors de transmission entre génération (pour les plus connus, cas Taittinger, Wendel…) et si l’arrivée de LVMH ne transformera pas Hermès en un énième groupe financier de luxe avec un risque de dilution de l’âme de la maison.

Enfin, il serait intéressant de faire une étude financière poussée pour tenter de déceler les prochaines cibles potentielles ! Affaire à suivre donc !

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s