Hermès , la quête de l’excellence à la française – Patrick Thomas, gérant du groupe Hermès lors des matins du CEW – ou les 10 règles d’or d’Hermès.

En ce 14 Décembre, le CEW (Cosmetic Executive Women) a créé l’événement dans le microcosme du luxe   en obtenant la présence de Patrick Thomas, gérant du groupe Hermès pour témoigner sur la quête de l’excellence à la française.

Rompant avec le principe de discrétion de la maison, au sein des Ateliers Cambon, dans un décor luxueux, une centaine de personnes, du monde de la beauté et du luxe, majoritairement des femmes (le CEW regroupe quelques 270 femmes exerçant des responsabilités dans les secteurs de la beauté), a écouté religieusement la présentation non sans humour de Patrick Thomas.

 

Patrick Thomas nous a ainsi relaté rapidement l’histoire de la maison Hermès notamment pour nous délivrer les piliers de son « ADN », puis à travers 2 exemples, la fabrication d’un sac Hermès et le projet WHY, a pu démontrer la fameuse alchimie entre respect des savoir-faire et innovation.

Enfin, Patrick Thomas a partagé avec un auditoire particulièrement attentif ses 10 règles d’or pour réussir.

Revue en détail de l’événement.

En précisant dès son introduction qu’Hermès n’était ni une marque, ni une société, ni une signature mais une Maison, Patrick Thomas semblait avant tout vouloir délivrer un message fort alors que la maison Hermès fait l’actualité. Il a également souhaité démontrer une fois encore, devant des professionnels du secteur, que la maison Hermès ne pouvait être comparée mais au contraire était en tout point différente de ses confrères. Avis aux prédateurs!

 

Finalement 3 hommes aux talents incroyables et à l’âme visionnaire ont été déterminants dans l’histoire d’Hermès.

Son histoire commence avec son fondateur, Thierry Hermès, qui n’avait qu’une obsession : fabriquer les plus beaux harnais. Il obtiendra d’ailleurs quelques années après son installation à Paris, un prix à l’exposition universelle de 1867 : la médaille de 1ère classe.

Thierry Hermès scelle ainsi le premier pilier de la maison : l’artisanat d’exception.

Puis à la 3ème génération, Emile Hermès qui constate que son marché est en train de disparaître avec l’émergence de l’automobile, invente alors une ligne de produits complémentaires et complète (carré de soie, sacs à mains, malle, cravates, montres…). Emile Hermès signe ainsi un acte fort : la diversification de la maison Hermès en conservant l’esprit fondateur : le souci de créer le plus bel objet.

Ces 2 hommes avaient créé l’ADN de la maison Hermès : artisan créatif.

Enfin dernier visionnaire en date, Jean-Louis Dumas, de la 5ème génération, homme, je cite : « exceptionnel, esthète, poète, magicien et fabuleux homme d’affaires ». Il réalise alors le potentiel de l’affaire au moment où le luxe prend son essor. Il établit alors une vision, un projet d’entreprise pour les 20-30 années à venir.

Les 5 points majeurs apportés par Jean-Louis Dumas :

–       il a compris la force du style : la personnalité de l’entreprise c’est d’avoir un style affirmé. « La force du style est déterminante dans la durée du projet. »

–       Il a commencé à communiquer

–       Il a commencé l’internationalisation de la maison d’abord aux USA puis au Japon dans des boutiques en propre (à l’exception de la bijouterie horlogerie et parfumerie)

–       Il a compris qu’il fallait toujours être « en contrôle de l’unicité de l’objet » à savoir la qualité.

–       A toujours souhaité que la maison reste accessible.

 

Aujourd’hui, Hermès se décline sur une quinzaine de métiers avec une exigence sans faille sur la qualité et beauté de l’objet.

Hermès est donc une maison éthique dans le sens où elle est basée sur l’épanouissement des hommes, elle créé de la beauté et de la qualité, elles créé des emplois, elle a une stratégie de valeurs (vs de volume), elle privilégie la qualité et elle est source de renouvellement.

 

Après avoir réaffirmé les valeurs clés de la maison, Patrick Thomas a souhaité illustrer son propos en démontrant à l’aide de deux exemples, la fabrication d’un sac Hermès et le projet WHY, l’attachement au savoir-faire artisanal et à l’innovation.

 

Pas moins en effet de 18 étapes fondamentales sont nécessaires pour fabriquer un sac Hermès dans les différents ateliers de la maison (une dizaine au total en France avec quelques 210 artisans). Le processus de fabrication a été peu modifié depuis les origines pour « garder ainsi la chance de la qualité ».

Par le projet WHY, Hermès démontre sa capacité à innover sur des projets très luxueux et novateurs et se place ainsi en créateur.

 

 

Enfin, Patrick Thomas a partagé 10 principes iconoclastes pour réussir, principes qui, l’on s’en doute bien régissent les décisions au sein de la maison.

On délivrera ici  les 5 premiers, à vous chers lecteurs d’imaginer les 5 derniers….

 

Règle d’or n°1 : Revenir à ses racines : le PRODUIT – le PRODUIT – le PRODUIT

La qualité, la qualité, la qualité

 

Règle d’or n°2 : Retourner toujours au STYLE : c’est essentiel.

Le rôle du directeur artistique est d’ailleurs essentiel, c’est le chef d’orchestre, celui qui organise la cohésion de l’ensemble.

 

Règle d’or n°3 : NE FAITES pas de MARKETING de la DEMANDE

Hermès =  stratégie de l’offre, on ne cherche donc pas à savoir ce que veut le client, les clients cherchent des idées.

D’ailleurs, Jean-Louis Dumas disaient à ses vendeuses : « si vous n’arrivez à vendre à vos clients que ce qu’ils sont venus chercher, vous êtes un mauvais vendeur ».

On ne doit pas répondre à leurs désirs mais les anticiper.

Patrick Thomas nous cite alors la définition suivante :

« Le luxe c’est quand le désir est plus fort que la raison ».

 

Règle d’or n°4 : Principe de Jean Patou :

« Ne faites rien de laid, quelqu’un pourrait l’acheter ».

 

Règle d’or n° 5 : Ne soyez jamais à la mode.

La mode passe et vous risquez de passer avec.

Si on utilise le logo pour vendre un objet, c’est que l’objet n’est pas suffisant.

Le logo appauvrit la marque.

 

Finalement, il est difficile d’imaginer que ces règles d’or soient exclusives et caractéristiques d’Hermès, tant elles semblent légitimes et de bon sens pour toutes marques de luxe. Elles sont d’ailleurs largement fidèles aux propos et principes déclinés par Jean-Noël Kapferrer dans son livre, Luxe Oblige, ouvrage que nous citons régulièrement.

 

Merci infiniment Monsieur Thomas pour cette parenthèse exclusive, passionnante et enchanteresque au cœur de votre maison.

Fort heureusement, on constate aujourd’hui l’émergence d’une nouvelle génération d’artisans créateurs aux valeurs et visions proches de la maison Hermès et qu’il faut d’ailleurs encourager et accompagner avec énergie et passion pour percer et conserver ainsi les savoir-faire artisanaux français.

 

Merci également aux équipes du CEW d’avoir réussi à convaincre Patrick Thomas de témoigner et partager avec ses membres, l’esprit visionnaire de la maison Hermès.

 

Un seul regret en revanche a été de ne pas avoir eu suffisamment d’audace pour interroger Monsieur Thomas sur la pertinence de la nomination du nouveau directeur artistique du PAP féminin, Christophe Lemaire, en remplacement du « couturier génie » Jean-Paul Gaultier, choisi par Monsieur Dumas.

2 commentaires

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s